fbpx

Louane vous invite Chambre 12.

 

L’année 2015 sera l’année de toutes les réussites et de toutes les promesses d’un avenir radieux pour la jeune Louane.

 

A tout juste 18 ans, la jeune Anne Peichert de son vrai nom cartonne aussi bien au cinéma avec le film La Famille Bélier que dans les charts avec ses singles Jour 1, Avenir, Maman, Chambre 12 ou Je Vole la reprise de Michel Sardou figurant dans le film.

 

Remarquée en 2013 dans The Voice et après avoir été primée aux Césars comme meilleur espoir féminin en février dernier, la jeune artiste sort son premier album Chambre 12.

 

Il a fallu être patients pour découvrir son premier essai dans les bacs mais l’attente valait largement la peine.

 

Ce premier opus a été coécrit et réalisé par Patxi Garat ( ex talent de la Star Academy 3 ) et Dan Black du groupe britannique The Servant.

 

Un album taillé sur mesure, un opus où se révèle l’une des plus belles voix de la variété Française actuelle ; et malgré son jeune âge ; un album montrant une véritable maturité artistique.

 

Sur Chambre 12, ce qui attire en premier lieu c’est la voix de Louane, elle possède un grain particulier, une véritable signature vocale bien à elle ; ensuite après écoute de l’album en intégralité, on retient la qualité des textes qui parleront à tous, jeunes et moins jeunes ; on frôle même pour ainsi dire la poésie.

 

Louane est l’artiste à suivre, c’est un prodige qui ne cesse de monter, monter, monter…on se demande mais jusqu’où ira-t-elle ?

Attention phénomène: Le DJ Producteur anglais, Philip George part à la conquête de la France.

Philip George - Wish You Were Mine

 

Attention à ce DJ producteur de 21 ans, Philip George. Il a séduit nos amis anglais avec son hit, Wish You Were Mine

 

400.000 singles vendus et rien ne semble pouvoir arrêter le DJ. Classé numéro 1 sur Shazam UK, le clip de la chanson a déjà atteint les 9 millions de vues. Le titre vient d’entrer en rotation sur nos radios.

 

Le succès sera-t-il au rendez-vous chez nous?

 

 

Jakie Quartz fait une mise au point avec son nouveau titre Mise à l’épreuve.

 

Jamais chanson n’aura aussi bien porté son titre, Jakie Quartz a fait l’actualité il y a quelques mois mais pas pour sa carrière discographique, Jakie sous l’emprise de l’alcool avait violenté sa mère, la cour l’a condamnée à trois mois de prison avec sursis et une obligation de soins.

 

L’artiste repentie revient avec un nouveau titre, une sublime balade, où elle fait le point sur ces moments noirs de sa vie.

 

Mise à l’épreuve est un peu le résumé des derniers mois de l’artiste, Jakie se met à nue et offre une véritable déclaration d’amour à sa mère.

 

Des paroles criantes de vérité pour un titre qui résonne comme un troublant mea culpa.

 

Musicalement parlant, le titre est réussi, très bien réalisé, tout en émotion, et Jakie n’a pas perdu cette voix qui fit son succès avec des titres comme Mise Au Point, Vivre ailleurs ou A La Vie A L’Amour.

 

Téléchargez le titre légalement 

sur Amazon : http://www.amazon.fr/mise-a-lepreuve/…

sur Itunes : https://itunes.apple.com/fr/album/mis…

Realness, la nouvelle bombe dancefloor de Ru Paul

 

Ru Paul artiste d’abord Underground se taille une solide réputation dès 1992 avec son tube dance Supermodel, le monde découvre alors une grande dragqueen black et blonde au corps de rêve, en 1993 son duo avec Elton John sur le remix de Don’t Go Breaking My Heart est un véritable succès, dans la discographie de Ru Paul on retient ses plus gros hits Snapshot, Looking Good Feeling Gorgeous, Workout, Cover Girl ou l’excellent Starrbooty.

 

A 54 ans Ru Paul n’a rien perdu de sa superbe, c’est une véritable icône Gay, une vraie diva, et sachez le avec ce nouvel album l’artiste à de quoi donner des leçons aux petits jeunes, par ailleurs Ru Paul est toujours présent à la télé Américaine avec l’émission de Tv Réalité RuPaul’s Drag Race depuis 2009 où chaque année il cherche la prochaine superstar Dragqueen.

 

You better work ! Ru Paul la dragqueen superstar est de retour donc avec un nouvel album intitulé Realness, un an seulement après la sortie de son sixième album Born Naked dont avait été extraits les singles Geronimo et Sissy That Walk.

 

Un an seulement entre deux albums c’est court, mais quand les albums s’enchaînent sans fausses notes, pourquoi s’en plaindre et puis cela dénote aussi d’une période de créativité intense pour l’artiste qui habituellement prenait son temps entre les albums.

 

Realness est un concentré de ce qui se fait de mieux pour danser toute la nuit, des sonorités House-Dance-Electro-Disco de folie, vous donnant l’ impression de vous retrouver propulsés dans un club house des années 90, l’album est truffé de nombreuses collaborations Michelle Visage, Rebecca Romijn, Frankmusik, Eric Kupper, Dave Audé, Chi Chi Larue…la liste est longue.

 

Quelques interludes permettent aux auditeurs de reprendre leur souffle, avant de replonger corps et âmes au beau milieu d’une gigantesque Drag party .

 

Pour être Glam, pour être tendance, écoutez Realness et entrez dans la danse !

 

Le rêve réel de Clémence Preiss

 

«  Mon rêve est réel  », nous dit Clémence Preiss, et on veut y croire aussi. C’est celui d’une fille qui expose son ambition, assume ses revendications et vit dans l’extrême positivité, bien qu’avec la dérision nécessaire. On nous a appris à se limiter, à rester discret, mais elle n’a peur de rien. Clémence Preiss a la vingtaine, mais «  l’âge n’a pas d’importance  ». Née en France mais d’origines très variées, elle n’a «  pas besoin de racine  », et se sent chez elle à Miami comme à Londres. Elle «  n’aime pas les choses basiques, ou vides de sens  », et se revendique pure. Elle lit De l’âme d’Aristote un samedi après midi dans un resto bio et végétarien du 3ème, mais aime aussi la vodka citron, et le luxe – du moins quand il est artisanal. Elle nous vient tout simplement du «  paradis sur Terre  », Cahors, où elle s’est définitivement connectée à la nature tout en éprouvant, seule dans sa chambre d’adolescente, ses premiers émois sonores sur du rock comme sur de la grosse makina espagnole. Après avoir tout de même appris son solfège, elle atterrit à Paris, et se livre autant au milieu de l’électro style Institubes qu’aux enseignements de la pianiste Virginie Fontanarosa. 

Depuis, Clemence Preiss se dit que tout est possible. Être thérapeute corporelle, magnétiseuse, voire coach, n’empêche pas d’être businesswoman, et encore moins de poser ses obsessions musicales sur un premier EP. À peine lui a-t-on montré les rudiments de la production qu’elle a rapidement mis au monde trois titres exubérants qui ne se refusent ni excès, ni cliché, ni «  pose de lover  ». L’électro-pop épique et breakée de «  Dream  », les messages de bienveillance et de rédemption perdus dans l’écho d’  «  Erasia  » (qu’elle a plié en 6 heures), ou la soul grandiloquente et dancefloor d’ «  Exit  » communiquent la mystique d’une fille nourrie à la deep house et au gros son hiphop comme à Chopin et à Portishead. Son inspiration et ses intentions en restent néanmoins très personnelles, et elle vise rien moins qu’une position de producteur touche-à-tout la Timbaland – autant ne pas se priver. Vocaux opulents, claviers transe, rythmes épais, celle qui dit «  guérir les gens par prise de conscience émotionnelle  » pratique sur disque un traitement de choc. 

À lui seul, le titre du LP de Clémence prévu pour 2015 sonne comme un petit traité ésotérique : Soul And Substance. Pas analytique pour autant, toujours dans le ressenti et l’instinct, elle avoue elle-même parfois se «  rendre folle  », mais uniquement de bonheur… Elle affirme d’ailleurs que tout le monde «  ne peut se faire que du bien  ». Dans ce cas, autant adhérer dès maintenant à sa philosophie pour tenter sa chance.