Photo: Steph musicnation

 

Peux-tu nous présenter le magazine Spotlight ?

 

Au tout début de l’année 1996, j’ai fait un rêve, j’écrivais un livre sur Madonna, j’en parle alors à l’un de mes meilleurs amis, j’avais quelques idées mais rien de concret.

A la place du livre, je me suis dirigée vers une publication sous forme de fanzine photocopié intitulé I Want More, le premier tirage était de 40 exemplaires et le dernier de 200 exemplaires.

L’aventure s’est terminée car difficile à faire vivre en mode underground et le fanzine n’était vendu que chez Lucky Records.

Mais ce fût le début d’une autre belle aventure à 3, celle de Spotlight.

A la fin de I Want More, Christophe Coatanoan s’est joint à moi et Maurice Robert a trouvé le nom du magazine, une aventure que nous continuons à deux depuis le décès prématuré de Christophe en 2004, c’est un hommage à Madonna certes mais aussi un hommage à la mémoire de Christophe que nous faisons perdurer.

Le premier numéro date de Décembre 1996 en mode photocopié, et il fût imprimé pour la première fois en Mai 1998 ; les deux premiers numéros édités ont été distribués en kiosques, mais il n’y avait pas de promo, un tirage limité à 10 000 exemplaires, l’éditeur n’a pas continué avec nous car ce n’était pas assez rentable.

Depuis on s’autofinance et on s’auto édite, Spotlight est en vente chez Lucky Records et par correspondance, le magazine est constitué de 84 pages dédiées à Madonna.

Jusqu’à aujourd’hui, nous avons produit 55 magazines, et nous sortons désormais un numéro lorsqu’il y a de l’actualité. Avant l’émergence du Web, le magazine servait de support promo.

Nous n’avons plus de contraintes, il n’y a plus d’abonnements, on continue par plaisir et amour de notre idole.

Pour vous donner un ordre d’idée, il n’y avait pas eu de numéro depuis 1 an et demi, depuis la tournée MDNA.

 

Peux-tu nous parler un peu de ta carrière à toi en dehors de Spotlight ?

 

Je possède un doctorat en informatique, je suis scientifique.

Actuellement, je suis directrice pédagogique dans un centre de formation informatique à Paris.

Mon métier me passionne, j’aime partager, apprendre, et je vous dirais que je ne m’arrête jamais de créer.

 

Outre Spotlight, As-tu déjà personnellement écrit sur Madonna, ou participé à des livres sur elle ?

 

J’ai effectivement rédigé la préface de Madonna Style qui est ressorti récemment, c’est un ouvrage de Carole Clerk, et un éditeur Français a racheté les droits. Le livre a depuis été complété par l’écrivain Erwan Chuberre malheureusement décédé l’année passée.

J’ai été souvent interviewée et de ce fait j’apparais régulièrement en tant que référence dans des livres.

 

J’avais envie de m’amuser un peu en faisant ton portrait chinois à la façon Madonna,

Si tu étais…

Une chanson de Madonna….Love Profusion

 

Un film de Madonna… We, qui représente le combat des femmes avant et maintenant, c’est un film qui m’a beaucoup touché toujours en tant que Femme

 

Un album de Madonna…Rebel Heart

 

Un look de Madonna…Le look crucifix de la période Like A Virgin en 1984.

 

Un clip de Madonna…Bad Girl pour l’esthétisme, le côté vulnérable et fort à la fois.

 

Une tournée de Madonna…La tournée 2008-2009 le Sticky & Sweet Tour à Bercy, je l’ai suivi dans plusieurs pays à New-York, Tel Aviv et Londres.

 

 

Quel est ton avis sur Rebel Heart ?

 

C’est un vrai coup de cœur, un album que j’écoute facilement en boucle, un opus qui fait beaucoup de bien, j’y retrouve les mots et les pensées de Madonna, ceux qu’on avait un peu perdus sur les 2 précédents albums.

L’album est coupé en 2, j’ai la sensation que Rebel Heart est un cœur, et qu’on visite les 2 ventricules et que les 2 font vivre l’album, les 2 côtés battant à l’unisson.

La première partie est plus profonde avec de belles ballades, des titres midtempo, on revient à l’essentiel : l’amour.

La seconde partie est plus Dance/Electro, celle-ci me touche moins mais elle se laisse écouter avec un côté très touchy.

Rebel Heart est un album duel, à la fois profond et rebel, à la fois romantique et sulfureux. Elle arrive à être la matador la plus belle au monde, elle endosse le rôle opposé de celui du clip de Take A Bow, où elle jouait la femme du matador qui souffrait, dans Living For Love elle prend la place de l’homme, les taureaux sont tous ses détracteurs, les journalistes, les médias.

Le message est très explicite, Vivez pour l’Amour, conceptuellement j’aime beaucoup.

La production de l’album est très bonne, l’écoute au casque fait beaucoup de bien aux oreilles, c’est une réelle vraie surprise.

 

Photo: Steph musicnation

 

Sur quel type de musiques aimes-tu danser jusqu’au bout de la nuit ?

 

Je ne suis pas très nostalgique, j’aime les musiques de maintenant, et en boite j’aime danser sur la Pop Dance actuelle.

 

Quelles sont tes dernières sorties culturelles Parisiennes ?

 

J’ai récemment été voir l’exposition sur Niki De Saint Phalle, un autre exemple de femme forte qui a réussi à affirmer le rôle de la femme dans la société à son époque ; mon dernier film visionné est 50 nuances de Grey j’avais dévoré les livres même si je les avais trouvé mal écrits, le film est divertissant ; j’ai eu un vrai coup de cœur pour Mugler Folies la comédie musicale de Thierry Mugler au Comédia, mon dernier concert est celui de Katy Perry à Lyon et mon dernier spectacle celui de Florence Foresti que j’adore Madame Foresti.

 

Notre tradition sur Influence est de laisser le mot de la fin à notre invité…

 

Je souhaite à tous les fans de Madonna de vivre une année 2015 pleine d’amour et de musique.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :