fbpx

Roch Voisine entreprend une tournée marathon en Europe

Roch Voisine vient d’entreprendre une tournée marathon qui le conduira d’ici la mi-décembre dans 35 villes de France, de Suisse et de Belgique.

Le chanteur canadien a inauguré cette tournée il y a quelques jours en s’offrant trois soirées à guichets fermés à l’Olympia de Paris. Cela montre bien qu’il demeure une des valeurs sûres des variétés françaises, même s’il ne remplit plus comme autrefois le Palais omnisports de Bercy et ne provoque plus de scènes d’hystérie collective chez les adolescentes.

De Saint-Étienne à Amiens en passant par Nantes ou Aix-en-Provence: au cours des prochaines semaines, Roch Voisine, «plus James Taylor que crooner» désormais, donnera pratiquement un concert par soir. hier, il  se produisait à Lyon, entouré de ses neuf musiciens. Nouveauté: pour revisiter son répertoire, le chanteur s’appuie cette fois-ci sur un quatuor à cordes.

 

"C’est une formation plus complète, qui permet un répertoire plus équilibré", a expliqué  Roch Voisine au "Progrès de Lyon". "On peut avoir un éventail musical plus large. Les arrangements sont plus riches. Et on est allé chercher des chansons que l’on n’avait pas jouées depuis très longtemps sinon jamais."

Changer de la sorte de formule musicale est pour lui une façon de se renouveler.
"On ne peut pas toujours proposer la même chose", a encore confié Roch Voisine. "Il faut savoir se renouveler. Quatre-vingt pour cent des gens qui viennent voir le concert on vu celui d’avant. Il ne faut pas oublier ça".

Paru il y a un an, le dernier disque du chanteur, Sauf si l’amour…, s’était hissé jusqu’au deuxième rang de la liste des meilleures ventes d’albums en France et sera bientôt, dit-on, double disque d’or (200 000 exemplaires).

Au printemps, Roch Voisine sera de retour en France pour une dizaine de concerts additionnels. Un chanteur qui poursuit son bonhomme de chemin avec charisme et discrétion.

 

 

The Fountain

Pour tous ceux qui avaient découvert ce blog dans sa première version (a l’époque où il s’intitulait petitplouc), vous savez que ce film est mon coup de coeur. Presque une révélation…le film est cependant critiqué, trop original? pas assez commercial? le réalisateur a tiré un film aux images esthétiques, le récit est certes complexe mais le soin apporté  à ce film est étonnant, un véritable moment d’évasion pour ceux qui auront envie de se donner le temps de pénétrer dans cet univers incroyable. Il est clair que le nouveau film de Darren Aronofsky a partagé son public dans les différents festivals où il a été projeté, il a au moins conquis mon petit coeur critique qui y voit là un des plus grands films de l’année.
Darren Aronofsky est un perfectionniste exigeant. Contrairement à ses deux précédents films, The Fountain est son premier long métrage Hollywoodien ; et, très vite, le réalisateur s’est trouvé confronté aux anicroches d’une telle superproduction. La raison pour laquelle cet opus maudit a mis un temps fou à sortir est représentative de cet état d’esprit : le résultat est jugé trop bizarre pour être accessible alors que, paradoxalement, c’est la marque de fabrique du cinéaste qui ne vise aucune forme de consensus. Je tiens à rassurer les plus inquiets: The Fountain n’est pas un blockbuster mais un film indépendant cérébral, unique et superbe qui tourne autour d’une légende Maya selon laquelle les âmes des morts se retrouvent à "Xibalba" pour renaître.

En attendant sa sortie toujours prévue pour le 27 Décembre prochain, je tenais à vous montrer quelques photos supplémentaires de ce film.