fbpx

 

C’est par un curieux hasard que je me suis retrouvé à « tester » ce film.

En effet , »Alice au pays des merveilles » étant complet, on se détourne vers le petit film français dont j’avais entendu le plus grand bien…

C’est dans une salle bondée (samedi soir quand même) que le film se joue. Quel bonheur que ce film !Décidément, les comédies françaises ont trouvé la formule miracle pour provoquer une bouffée de plaisir qui  perdure tout au long du film. Passons tout de suite sur les petits défauts de ce premier film : certaines fois on perd un peu d’ énergie et ça s’essouffle mais ça reprend toujours très vite. Pour les stéréotypes choisis, on peut dire que c’est un peu trop tranché, les bonnes banlieusardes et les riches parisiens superficiels et vénales. Hormis ces deux petits détails, on passe un excellent moment. Dès le début, on comprends les rapports des deux héroïnes, bien dans leur époque. C’est avec joie qu’on les suivra toutes les deux dans leurs recherches de bonheur. Attirées par la ville lumière, elles vont débarquer dans ce monde pas vraiment armées pour cela. Il faudra combattre ce monde avec des mensonges, de l’humiliation, du vol. Mais, tout cela permettant aussi de faire évoluer les deux jeunes filles (et pour le meilleur). Bien sur  je pourrais vous parler des jeux de mots qui resteront ancrés (signe de film culte) comme « djobi djoba » ou d’autres maximes. Mais ce film n’est pas qu’une comédie, il aborde différents sujets bien plus complexes, comme l’avenir chez ses jeunes de banlieues, l’amour et ses contrariétés (le mari abandonnant femme et fille, un père trop protecteur, une fille en quête d amour), le temps qui passe au travers les yeux d’un père qui ne voit pas grandir sa fille.

Bref, tout sonne juste que ce soit dans l’humour ou l’émotion. Evidemment, tout cela ne serait possible sans le duo fabuleux d’actrices. Géraldine Nakache (qui signe également la réalisation) nous prouve qu’elle est capable de tout ! De l’imitation de Céline Dion à celle du paon dans différentes actions  , de la  culpabilité au désarroi, bref une palette énorme d’ émotions. Elle ne cesse, au cours du film, de s’épanouir tant au niveau mental que physiquement. Face à elle, la sublime Leila Bekhti qui ira beaucoup plus loin dans la perdition mais qui ne nous laisse jamais sur le bas coté car on voudrait y croire aussi à son histoire. La force de ce film est d’être aussi réaliste, et de ce fait il emmène avec eux les spectateurs. N’ oublions pas non plus les seconds rôles excellentissimes comme Audrey Lamy dont chaque séquence se termine par un éclat de rire dans la salle, les parisiennes Virginie Ledoyen et Linh Dam Pham mais aussi les mecs comme  Manu Payet: qui pour une fois n’utilise pas son coté comique mais reste juste dans l’émotion ,le beau gars Simon Buret(chanteur d’Aaron) et puis les familles qui, eux aussi, nous font comprendre le parcours de leurs filles. Bref, un film générationel qui ira très loin et dont on reparlera pendant longtemps.

Ne vous freinez pas en pensant qu’il s’agit d’un « film de filles » car même si le thème principal en est l’amitié féminine. C’est juste un premier film majeur qui remplit son contrat à savoir  nous faire passer un excellent moment. On y rit beaucoup et on y est ému…deux émotions intense que l’on recherche au cinéma . Alors, merci à vous car ce film fait briller nos sourires et pétiller nos yeux .                      

NOTE : 16/20

Et vous qu’en avez-vous pensé ?

%d blogueurs aiment cette page :