[advps-slideshow optset="1"]


La photo est de John Doe

C’était hier que Calogero avait encore choisi le nord pour débuter sa tournée. Contrairement à la tournée précédente « Pomme C Tour » pas trop d’artifices coté décors : exit les structures métalliques, les écrans géants. C’est un retour aux sources : ce concert sera du live avec juste des superbes jeux de lumières grâce à celles placées en fond de scène et 6 rosaces (elles-mêmes composées de 7 petites rosaces de lumières) qui ne cesseront de monter, descendre et  de se pencher dans des coloris différentes au gré des chansons. Apres une première partie rapide (de 20h a 20h20) et sympathique de William Rousseau, les musiques d’attente sont éclectiques : on passe du générique « D’aujourd ‘hui madame », à des musiques de western en passant par un « Just like heaven «  des Cure. On reconnaît la musique d’introduction puisque la foule commence à s’exciter, les ballons jaunes commencent à tournoyer : les fans connaissent  par cœur les petites habitudes de Calo .Il arrive seul sur scène avec juste un halo de lumière sur lui et un autre partant de sa guitare et ca démarre avec « L’embellie ». Le public réagit immédiatement, ils attendaient ce retour avec impatience ! Après être rejoint par ses musiciens et un « bonsoir les gens du nord », ca continue avec « La bourgeoisie des sentiments » et une nouvelle orchestration pour « Le saut de l ange » des plus réjouissante.

Un petit discours pour nous dire combien il était content d’ être ici , de nous retrouver « à force de se retrouver, on s’ attache , et si on fait des CDS, c’ est pour vous retrouver».La lumière s’ éteint doucement pour laisser apparaitre des lumières bleutées pour « Prendre racine » .Ca continue avec le » Passage des cyclones » puis « Tien an men » avec également une nouvelle rythmique qui plait beaucoup au public .Pour introduire le titre suivant , Calogero nous lit un poème »elle vit dans la lumière » « ce  n’est pas du Baudelaire , c’ est Robert qui l’ a écrit, un garçon différent comme » Nathan » et il entonne ce titre ! La ou on aurait aimé un silence de cathédrale, des cris pleuvent entre chaque phrase « Calo je t aime « etc…C’est dommage pour cette chanson empreinte d’émotions .On continue avec « Je me suis trompé » et le titre est prémonitoire car il se savonne sur les paroles .L’ introduction du morceau suivant démarre et on peine à reconnaitre (ce qui fait aussi l’intérêt des concerts) « Pomme c » qui débute dans une ambiance de folie ! L’acclamation est à la hauteur de ce que nous offre l’artiste, ca ne s’arrête pas : il reste là, sourit, attend et  remercie son public. Puis, nouveau discours pour raconter qu’il aime faire la sieste  avec ses deux petites filles « je m’endors avec mon oreille droite sur l’une, mon oreille gauche sur l’autre, leurs petits cœurs dans mes oreilles .ca bat hyper vite et grâce aux battements de leurs deux petits cœurs, j’ai écrit ca «  « Tu n as qu’à m’attraper » démarre.

On revient à un classique avec « Si je pouvais lui manquer » qui fonctionne toujours autant ! Pour lancer le nouveau titre, l’artiste nous explique que le public apporte l’énergie d ‘un concert, et que ce n’est pas juste car  il est toujours dans l’ombre .Alors ce soir « C’est vous qui allez être dans la lumière, éclatez vous ! » et Grand Corps Malade apparait pour leur duo « L’ombre et la lumière » .Une excellente idée d’éclairer le public qui chante à tue tête et acclame Grand Corps Malade avec bonheur ! Calo s’installe au piano pour « Danser encore ». Il nous ressort, ensuite, son discours comme quoi il a volé la collection des Cure quand il était jeune et qu’il s’était fait capté, on avait alors dit à sa mère « votre fils est fait pour voler, mais elle avait tort car je suis fait pour planer et c’est pour ca que je fais de la musique «  le titre « Tu es fait pour voler » commence ! Il parle beaucoup Calogero a son public : »on se rapproche du pop rock mais en cachette j’adore écouter du disco, pantalon moulant en paillettes, ca ne le fait pas alors : les premières notes de « Manureva «retentissent  doucement pour finir dans  un totale délire .Une excellente reprise.

Pour terminer en beauté, il faut que ca déchire et ca le fait avec « La fin de la fin du monde « « Aussi libre que moi » « En apesanteur » .Le combo quitte la scène pour mieux revenir avec « Yalla », la voix démarre mais on ne sait d’ ou elle vient, Calo se trouve au dessus du piano, ca se poursuit avec « Face a la mer » qui, bien sur, reçoit un accueil de folie ! Il est venu le temps de présenter les musiciens , la technique, de remercier le public , je vous le dis en chanson et il entame « C’ est dit « seul .A la fin du titre , les fans (toujours très actifs) avait préparé une surprise , un texte qui avait été distribué en début de concert pour remercier l’Artiste , sur l air de « C’est dit « Calogero est surpris et ému , il accompagne la foule à la guitare qui lui chante ce petit texte émouvant et sympa . Même si le texte ne sera pas fini en entier, la surprise a fonctionné,  il remercie, salue, « nous reviendrons ici, rodés et  affûtés. »

Ses fans seront là avec lui ! Pour Lille, ce sera le 11 juin 2010. Ne vous privez pas s’il passe près de chez vous, votre cœur n’en sera qu’embelli …