fbpx

1183615gf

 

Chaque dimanche nous mettrons à l’honneur un livre, une BD…sur Influence.

 

Cette semaine, parlons du troisième livre de David Servan-Schreiber, neuropsychiatre, qui s’est battu contre un cancer du cerveau en préconisant la valeur des règles de vie en matière de nutrition, de stress, de sport. Si déjà dans son premier livre, Guérir, il parle de son combat contre la maladie, c’est dans le second, Cancer, qu’il touchera le plus de gens avec son témoignage, son espoir et sa force.

 

Aujourd’hui en rechute, le cancer a gagné la bataille et l’auteur le sait, il se sait condamné mais sans jamais être morbide, mièvre ou larmoyant, il continue son témoignage en racontant ses faiblesses, ses doutes, ses peurs mais aussi en continant à parler d’espoir. Il remercie ses proches.

 

Ce témoignage poignant n’est jamais pathétique, il n’essaye nullement de se faire plaindre ou prendre en pitié. Il raconte juste son vécu face à une maladie qu’il a réussi à tenir à distance durant plusieurs années, en faisant attention à sa nutrition, en faisant du sport et en cherchant à rester zen.

 

Jamais David n’a prétendu qu’il fallait négliger la médecine traditionnelle, lui-même ayant subi deux opérations et suivi des séances de chimiothérapie et radiothérapie. Ses conseils sur un autre mode de vie étaient destinés à compléter les traitements classiques et non à s’y substituer.

 

Sa rechute actuelle ne peut donner que des raisons à ses détracteurs de pointer du doigt ses propos et l’auteur n’es tpas dupe, il se confie à ce sujet dans son livre:  » A la première question soulevée par mon état de santé : « Ma rechute entame-t-elle la crédibilité de la méthode anticancer », je réponds catégoriquement non. D’abord parce que je ne suis pas une expérience scientifique à moi tout seul, je suis un cas clinique parmi d’autres. Les expériences scientifiques brassent les données de milliers, voire de dizaines de milliers de cas cliniques. Les considérations, les recherches, les conclusions, les preuves que j’ai présentées dans « Anticancer » ne sont pas fondées sur mon expérience personnelle mais sur la littérature scientifique.« .

 

Un livre confession qui est un aurevoir, toujours digne et touchant.

 

On peut se dire aurevoir plusieurs fois

Par: David Servan-Schreiber

Editions: Robert Laffont

Pages: 157

 

DSS180

Photo: David Servan-Schreiber en août 2010 ©BALTEL/SIPA

%d blogueurs aiment cette page :