[advps-slideshow optset="1"]

philippe-hayat-196092_w1000.jpg

 

Philippe Hayat se partage à 49 ans entre le monde de l’écriture et celui des affaires. Diplômé de l’École polytechnique et de l’Essec, il a créé ou repris plusieurs activités dans les domaines de l’industrie, des technologies et des services, et investit aujourd’hui dans les entreprises innovantes. 

 

« Momo des Halles » est son premier roman et on eut dire qu’il marque les esprits. L’histoire de cet enfant dont les parents sont arrêtés pour être déportés est émouvante sans pour autant être pessimiste. Il y a toujours un espoir…et Momo le sait.

Un livre qu’Influence a particulièrement aimé et conseillé. Une rencontre avec son auteur s’imposait:

 

1540-1

 

Quand et comment vous est venue l’idée de « Momo des Halles? »

Le point de départ reprend l’histoire de mon grand-père, brutalement privé de ses parents à l’âge de 14 ans, avec sa petite sœur de 11 ans à charge. Je l’ai transposée à Paris sous l’Occupation.

Pour écrire vous aimez vous isoler? être entouré? comment écrivez-vous votre livre?

Je m’isole trois heures chaque matin. Ceux qui m’entourent subissent alors mon sale caractère, les jours où les mots ne me viennent pas.

Momo a-t-il existé ou avez-vous réellement inventé toute l’histoire?

A part le point de départ ci-dessus, Momo est inventé, de même que tous les personnages. Seuls les faits historiques et les lieux sont vrais.

Pourquoi avoir opté pour cette période de l’histoire pour faire vivre vos personnages?

Cette période hante ma génération et bien sûr celle de mes parents. Elle pose des questions qui m’habitent depuis longtemps : comment réapprendre à vivre quand le monde s’effondre ? Où trouver la force de reconstruire ? Comment garder des raisons d’espérer face à la brutalité des événements ?

Aviez-vous un message précis à raconter et à faire passer aux lecteurs avec cette histoire?

 

Je n’ai pas voulu transmettre de message particulier, j’ai seulement raconté l’histoire de deux enfants livrés à eux-mêmes suite à la rafle de leurs parents, et qui cherchent à survivre dans les Halles de Paris parmi les trafiquants et les prostituées. Petit à petit, une force de vie émerge du cauchemar. Voilà peut-être ce que j’ai voulu décrire.

Combien de temps vous a pris la rédaction de ce livre?

Je l’ai écrit en deux ans, chaque jour…

Une fois sorti en commerce qu’est-ce qu’on ressent pour son projet? On est fier? on craint les ventes? on passe déjà à un autre projet?

On est fier que le livre existe. On est content de partager l’histoire avec ses lecteurs, de recevoir leurs impressions. On observe « l’enfant » grandir, avec tout ce que cela comporte d’angoisse et de bonheur cumulé. Les signatures en librairie sont un merveilleux moment d’échange. Mais il faut vite passer au projet suivant, pour préserver cet élan de l’écriture.

Malgré les situations dramatiques, le contexte, il y a toujours un espoir, on ne cède pas et on ne baisse pas les bras face aux épreuves. C’était important pour vous cette note d’espoir?

Oui, je voulais écrire un livre qui insuffle de l’énergie, jamais larmoyant ni désespéré. Optimiste au bout du compte… Certains passages sont même légers. L’envie de vivre reste la plus forte, malgré tout.

Savez-vous déjà quel sera le thème de votre prochain livre?

J’écris aussi des essais, et le prochain est en route, à destination des jeunes. J’ai déjà une idée du prochain roman, je dois encore le faire mûrir. J’ai hâte de l’entamer.

On vous laisse le mot de la fin sur Influence cher Philippe Hayat.

Je suis heureux qu’on puisse découvrir Momo sur Influence. Ce site est un écrin sensible et élégant pour un roman.