[advps-slideshow optset="1"]

Ce « Drive » là, on nous en parle depuis plusieurs mois. Présenté en compétition officielle au dernier Festival de Cannes (il y a remporté le Prix de la mise en scène), le nouveau film du danois Nicolas Winding Refn se pose comme un film majeur de ce cru 2011. On en ressort avec cette bizarre impression d’être passé dans une machine à laver, le coeur qui bat à 300 000, les jambes fébriles…

Le synopsis laissait supposer un nouveau « Fast & Furious » :

( Un cascadeur tranquille et anonyme se métamorphose dès que la nuit tombe : il devient pilote de voitures pour le compte de la mafia. 

La combine est bien rodée jusqu’au jour où l’un des casses tourne mal et l’entraîne dans une course-poursuite infernale. Il veut se venger de ceux qui l’ont trahi… )


Il n’en est rien.

Le film dépasse bien largement ce type de film pop corn, gentiment divertissant mais guère davantage.

« Drive » c’est du TRES grand cinéma. Une claque comme on aimerait en recevoir plus souvent. « Drive » est un thriller hors norme dont seule la séquence d’ouverture suffit à vous emporter dans cet univers où la froideur et le mutisme du personnage principal (Ryan Gosling) côtoie la douceur chatoyante d’un soleil couchant dans un Los Angeles by night aux allures de film de Michael Mann. La moindre lumière, regard, ralenti, la lenteur omniprésente des plans, tout est fait pour sublimer le film. Les silences sont à eux seuls un personnage à part entière, conférant au film une intensité, une émotion, un poids qui vous bouleverse littéralement. Ici, pas de longs dialogues inutiles. Le réalisateur a compris que de TRES longs silences sont aussi efficaces. Et il aurait bien eu tort de s’en priver. Il parvient à passer d’une scène de baiser à une séquence d’une violence inouïe avec une facilité et une légèreté à faire palir les plus grands du monde du cinéma. La scène dans l’ascenseur (sans trop en dévoiler) est d’une beauté qui justifie à elle seule ce prix de la mise en scène Cannois…L’intelligence de la réalisation confère au film une dimension visuelle d’un rare niveau, entre poésie et courses poursuites, toujours dans la justesse. 

Nerveux, sensible, violent, glacial,  Ryan Goslingest bluffant dans son rôle. On espère une statuette au prochains Oscars. 

Un dernier point non négligeable : la BO. Jamais une bande son n’aura autant servi un film. Le travail de Cliff Martinezentre électro et nappes musicales planantes est remarquable. 


C’est bien simple, vous prenez votre respiration au début du film et pendant 1h40 le temps s’arrête, impossible de reprendre son souffle jusqu’au plan final. 


Une dernière chose, si vous attendez un film d’action nerveux et avec des midinettes en string autour de grosses voitures, passez votre chemin. Ce film n’est résolument pas pour vous.

Note : 5/5.

(ENFIN j’ai envie de dire !)