[advps-slideshow optset="1"]

Le tombeau de Houdini

Harry Houdini, le prestidigitateur de génie qui a défié la mort pendant toute sa carrière et qui reste une légende parmi le monde des magiciens et qui a su conserver tous ses secrets et mystères, a-t-il été victime d’un empoisonnement? Ses descendants veulent en avoir le coeur net et faire autopsier sa dépouille, plus de 80 ans après son décès.

Rumeur mystérieuse
En 1926, Harry Houdini (de son vrai nom Ehrich Weiss), Le Roi de la magie à l’époque, originaire de Hongrie, a été inhumé dans un cercueil en bronze dans un cimetière de New York. Il avait 52 ans et venait de succomber à une péritonite officiellement provoquée par une rupture de l’appendice. Mais depuis, la rumeur court: le prestidigitateur aurait été empoisonné. Un mystère de plus.

Laisser les morts en paix
"D’ordinaire, je dirais qu’il faut laisser les morts en paix", a expliqué vendredi lors d’une conférence de presse à New York son petit-neveu, George Hardeen, ajoutant "Cependant, je pense que le pays et le monde ont le droit de connaître toute la vérité sur la mort de Houdini". Et après cette autopsie, nous saurons ce qui s’est passé.

Estomac amoché
Selon l’explication la plus souvent citée, Harry Houdini avait été mis au défi par un étudiant au Canada, qui lui avait demandé s’il pouvait supporter un coup dans l’estomac. Mais le prestidigitateur était mal préparé, et l’étudiant a continué à frapper. Chancelant sous la douleur, Harry Houdini aurait succombé quelques jours plus tard à une péritonite provoquée par une rupture de l’appendice. Une explication qui ne convient pas à tout le monde et qui surtout n’arrive plus à convaincre les héritiers du célèbre prestigitateur.

Nouveaux éléments
Mais aujourd’hui, la médecine considère cette théorie comme impossible. "Des éléments ont été révélés 80 ans après son décès, qui plongent sa mort dans un mystère aussi grand que celui qui entourait sa vie – des éléments qui suggèrent qu’il a été empoisonné", a expliqué Joseph Tacopina, avocat de George Hardeen.

Ennemis dans le spiritisme
Le prestidigitateur avait beaucoup d’ennemis, et en premier lieu les faux médiums qui exploitaient l’engouement de l’époque pour le spiritisme en faisant croire qu’ils dialoguaient avec les morts, et dont il avait révélé certains trucs. L’écrivain Arthur Conan Doyle, créateur du détective Sherlock Holmes, proche du milieu des Spirites et des forces occultes, s’était ainsi élevé contre Houdini. Le magicien a aussi pu être tué par Margery Crandon, une médium célèbre, ou son mari, dans la mesure où il avait enquêté sur la disparition de jeunes garçons que le couple avait adoptés, a suggéré M. Tacopina. "Il y avait un mobile pour assassiner Harry Houdini", a insisté l’avocat. "Aucune autopsie n’a jamais été pratiquée sur Harry Houdini, et le mouvement spiritiste était derrière ce camouflage", a-t-il ajouté. Ce qui pour l’époque était facile puisque les policiers n’avaient pas les moyens d’aujourd’hui.

Menaces de mort
Une arrière-petite-fille du couple Crandon, Anna Thurlow, a apporté son soutien à l’exhumation et aidé à retrouver des documents qui appuient la thèse de l’assassinat. Selon M. Tacopina, des recherches récentes ont permis de découvrir que le magicien avait reçu des menaces de mort. Une équipe d’experts dirigés par le professeur James Starrs se tient prête à pratiquer des analyses sur la dépouille de Harry Houdini, si la justice l’autorise. La demande officielle d’exhumation doit être déposée la semaine prochaine devant un tribunal de New York.

Trace
Pour le professeur Starrs, la péritonite ne fait pas de doute, mais il importe de savoir s’il n’y avait p as "autre chose". Si des poisons ont été utilisés, ils devraient avoir laissé une trace dans les os, les cheveux ou les ongles. Cette autopsie d’Houdini pourrait donc révéler le pire mauvais tour joué contre ce grand magicien…