fbpx

Notre invité: Jess YTI : » j’ai toujours aimé ce côté anonymat, dès que je me démaquille je redeviens un garçon comme un autre « .

Jess YTI, est un artiste que nous aimons retrouver sur Influence. Transformiste, il a quitté un beau jour son Alsace pour monter à Paris et déposer ses valises, oh pas n’importe où mais dans un célèbre cabaret, celui de Michou. Jess nous fait le grand honneur de nous raconter un peu de sa vie au Cabaret et ses projets. Il nous parle également de ce confinement imposé dans le monde. 

Il y a plus ou moins trois ans tu accordais une interview à Influence, depuis ces quelques années que deviens-tu?

Exact ! Depuis j’ai été engagé au cabaret Michou en août 2016, j’ai quitté l’Alsace pour faire mon petit bout de chemin à Montmartre. J’ai vécu une expérience extraordinaire pendant 4 ans !

 

Tu t’es retrouvé au Cabaret de Michou, parle-nous de cette aventure incroyable?

Oui Oscar le directeur artistique m’a contacté en avril 2016 afin d’intégrer le cabaret, j’ai auditionné le 25 juin 2016 et j’ai commencé au cabaret le 29 août 2016. Ce fut une expérience incroyable, j’ai eu la chance de travailler avec Michou et de le côtoyer chaque jour pendant 4 ans. Des rencontres inoubliables également, je ne regrette vraiment pas ce beau chapitre de ma vie d’artiste.

 

Michou était un homme extraordinaire qui aimait le show, qui aimait « ses » vedettes. Comment prenait vie un numéro? Il disait ce soir on va mettre Celine Dion? comment se déroulait un spectacle au cabaret pour ceux qui n’auraient jamais été voir un numéro?

Michou validait chaque numéro, même si ce n’est plus lui qui faisait passer les auditions comme auparavant, il nous regardait chaque soir et si quelque chose ne lui allait pas il en faisait part à oscar le directeur artistique, si un numéro ne lui plaisait pas il demandait à le retirer du show, ce qui est normal, c’était son spectacle! Chaque soir, une conduite était établie par Oscar avec les numéros en fonctions des artistes présents car nous n’étions pas tous présents chaque soir. Il y avait un prologue, les numéros et le final «  avec des fleurs «  à la fin du show pendant lequel nous étions présentés.

 

Michou t’a t ‘il donné de précieux conseils sur ta carrière?

Il m’en a donné oui ! Mais je les garde dans ma petite boîte à secrets …

 

Avait-il des regrets?

Je ne pense pas … je ne sais pas …

Toi en tant que transformiste dans la peau de quelle personnalité te sens-tu le mieux?

Je me sens bien dans tous les personnages que j’incarne, parce que je les admire je les aime et je les respecte. Je ne pourrais pas incarner un ou une artiste que je n’aime pas , il faut qu’il y aie un « feeling ».

 

A la mort de Michou avez-vous eu peur que son cabaret ferme définitivement ses portes?

Oui il y a eu une période de doutes… et des craintes…

 

Tu as, si je ne me trompe pas, décidé de quitter le cabaret de Michou, c’est une décision que tu as prise après son décès? tu avais déjà envisagé de quitter ce cabaret? Pourquoi?

Oui c’est cela … j’y pensais déjà pour la simple et bonne raison que je m’ennuie vite dans une routine, et travailler dans un cabaret 6 jours sur sept en est une … je suis comme ça, il me faut toujours de nouveaux objectifs et de nouveaux défis… mais je pense en effet que sa disparition a accéléré le processus de ma décision, pour moi quelque chose était terminé quand il est parti … je pense que je suis parti au bon moment …

 

Je te sais très perfectionniste comme une artiste que tu apprécies, Mylène Farmer, c’est le genre de carrière que tu aurais aimé avoir si tu avais été par exemple chanteur?

Quel artiste ne rêverait pas d’une carrière comme celle de Farmer ? La différence est que je n’aimerait pas être connu et surtout reconnu dans le rue, être obligé de se cacher etc Ce n’est vraiment pas attirant pour moi. C’est pour cela que j’ai toujours aimé ce côté anonymat, dès que je me démaquille je redeviens un garçon comme un autre ….c’est appréciable !

 

Le confinement, voilà encore une épreuve pour tout ce qui touche au monde du spectacle, comment ressens-tu les décisions prises par le gouvernement français, penses-tu que les artistes sont pris en considération?

Lors du premier confinement je n’avais pas à me plaindre, au cabaret nous étions en cdi donc nous avions droit à l’activité partielle. Il est certain que j’ai pensé et je pense encore aujourd’hui à mes collègues intermittents et aussi aux patrons d’établissements… Pour moi le premier confinement m’a fait réaliser ce que je voulais faire de ma vie et m’a aidé aussi à prendre des décisions importantes pour mon avenir. C’était pour moi le côté positif de cette décision du gouvernement. Étant à la base aide soignant , j’ai pendant le premier confinement, remis ma blouse blanche et je suis allé aider les services hospitaliers. Cela m’a permis de m’occuper et d’aider les équipes et les patients.

Les mesures sanitaires face à cette crise sont-elles assez fortes selon toi?

Je ne sais pas … la critique est facile … je n’aimerais pas être à la place de ces personnes qui doivent prendre ces décisions …

 

Etre amoureux, partager des moments à deux dans des instants compliqués tels qu’on le vit aujourd’hui c’est important pour avancer? pour garder le moral?

OUI ! Il est vrai que si j’avais été seul pendant ces moments je n’aurais peut être pas été aussi positif … c’est très important.

 

Quels sont tes projets, si tu peux nous en dire plus?

Mon projet premier était de retourner en Alsace, ma région de cœur. C’est chose faite et j’en suis très heureux. Ensuite j’ai plein de projets en tête, des petits et des très grands … je ne peux pas trop en dire pour l’instant , je crois et j’ai peur des « mauvaises ondes » … En tout pour la plupart ils pourront se réaliser une fois cette crise terminée … Sinon je souhaite retourner à la rencontre des gens … comme avant repartir sur les routes pour leur présenter mon travail d’artiste, en France et à l’étranger …

 

La covid 19 pourrait-il mettre en péril ces nouveaux projets?

Oui … mais j’essaye de mettre à profit ce temps de pause imposé pour fignoler mes idées, travailler de nouvelles choses … il faut toujours tirer du positif d’une situation, si on le cherche bien on le trouve 😉

 

Influence te soutiendra bien évidemment, que peut-on te souhaiter pour le moment?

C’est très gentil … me souhaiter de remonter sur scène bientôt ! Ça me manque …

Jefferey Jordan : la relève de l’humour est assurée.

C’est un brin curieux que nous nous rendions il y a quelques semaines pour découvrir ce jeune homme sur la scène de la Comédie des 3 Bornes et notre sourire en sortant de la salle pouvait témoigner de notre enthousiasme.

Jefferey Jordan donc, y présentait « Accord Parfait », un second spectacle, cette fois mise en scène par Claudia Tagbo et autant vous le dire de suite, nous y avons été bluffé.

Le jeune artiste y dépeint son histoire dans un « presque one man show » puisque c’est accompagné de son compagnon qu’il nous embarque entre humour et poésie. Et son compagnon n’est autre que Jean Jacques, son violon ! 

C’est une heure durant, que Jefferey, espiègle à souhait, nous parle de son enfance, de son Auvergne natale, de sa rencontre avec son violon, de sa vision de l’homosexualité dans la société actuelle, de télé réalité..et bien plus encore, au travers de métaphores savamment dosées et d’une rare finesse.

Tout y est : texte incisif et décapant, humour presque libertin parfois (les métaphores avec son violon y sont jubilatoires) et surtout, SURTOUT, une mise en exergue de sa passion pour la musique, le violon en l’occurrence, dont il nous gratifie ça et là de ses sonorités envoûtantes. Un savant mélange humour/musique qui tombe à point nommé et auquel on ne peut rester indifférent tant la sincérité de l’artiste transpire.

Nous en ressortant au bord de la frustration tant l’exercice est réussi : plus qu’un jeune homme plein d’humour et d’un charisme (déjà) incroyable, on y trouve un violoniste extrêmement doué , capable de nous cueillir sans même que l’on s’en rende compte. Il suffit d’un rien pour que les notes de son stradivarius vous fassent sourire au détour d’un jeu de mot habile et parfois même vous émouvoir sans crier gare en un quart de seconde que vous n’avez pas vu venir.

Ce garçon là a un double talent indéniable et sait les mettre à profit avec brio pour notre plus grand plaisir. Nous ne lui souhaitons que le meilleur dans un avenir déjà tout tracé, tant la critique et le public y sont conquis.

Jefferey Jordan et son « Accord Parfait » est actuellement en tournée et tous les dimanche et lundi soir 19h, du 03 février au 29 avril.

Réservations

Lorenzaccio, le triomphe de Marie Claude Pietragalla à Paris du 1er au 10 février

« Entourés d’une troupe ardente, de jeunes comédiens-danseurs, fidèles à nos valeurs, à nos rêves de créateurs, nous avons souhaité montrer à quel point, Lorenzaccio d’Alfred de Musset est une pièce intemporelle, ô combien moderne, qui brosse le portrait d’une humanité en perte de repères, en quête d’absolu, espérant un avenir meilleur où tout redevient possible. Le texte riche et poétique de ce drame romantique, ancré dans cette période foisonnante qu’est la Renaissance, a éveillé nos sens. Théâtre, danse, images 3D et musique électro se mêlent et se marient en un tout intense qui transcende l’art vivant. »

C’est ainsi que définissent Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault , leur dernière création : LORENZACCIO présenté lors des Fêtes Nocturnes de Grignan durant l’été 2017.

11 Danseurs/comédiens réunis sur scène pour une mise en scène audacieuse et résolument moderne. Les représentations auront lieu à la Salle Pleyel du 1er au 10 février prochain.

Réserver

En tournée ensuite dans toute la France :

2 MARS – ROUBAIX – Le Colisée

5 MARS – NANTES – Cité des Congrès

8 MARS – MONS – Théâtre Royal

9 MARS – LIEGE (BE) – Le Forum

13 MARS – LYON – Amphi 3000

15 MARS – ARCACHON – Théâtre Olympia

20 MARS – MONTPELLIER – Le Corum

22 MARS – CHATEAUBRIANT – Théâtre de Verre

30 MARS – MARSEILLE – Le Silo

6 AVRIL – LENS – Le Colisée

9 AVRIL – CHENOVE – Le Cèdre

11 AVRIL – MONTCEAU-LES-MINES – L’Ambarcadère

18 AVRIL – MASSY – Opéra

26 AVRIL – JOUE-LES-TOURS – Espaces Malraux

17 MAI – BEZIERS – Zinga Zinga

La presse est unanime, n’hésitez donc pas :

« Une performance physique remarquable, d’une créativité folle…Magique ! » L’Express

« Julien Derouault en Lorenzaccio emporte la soirée. Il est prodigieux » Le Figaro

« Un assemblage de genres exceptionnel… C’est un triomphe ! » Artistik Rezo

 

Anne Roumanoff, de retour sur scène dès le 29 janvier prochain

Sur tous les fronts, radio, tv, Anne Roumanoff n’en oublie pas pour autant son principal atout : le one woman show. 

Prête à redonner le sourire à son public, elle sera sur la scène du Casino de Paris pour son nouveau spectacle « Tout Va Bien » les 29, 30 et 31 janvier 2019 .

Au menu, les réseaux sociaux, les soucis d’Emmanuel Macron, le politiquement correct, les femmes divorcées, les cookies du cloud, les livres de développement personnel, les sites de rencontres foireuses, le culte de l’apparence, les riches et les pauvres…

Réserver

Marianne James est Tatie Jambon.

Marianne James est une cantatrice à la voix exceptionnelle, la retrouver sur les planches pour le spectacle généreux, familial et intergénérationnel, est un pure plaisir.

Connue pour être extravagante, diva haut en couleurs, Marianne enchante tous ceux qui sont venus découvrir ce spectacle. Accompagnée de deux musiciens, elle entraîne tout le monde dans un tourbillon teinté d’humour et de chansons variées.

Tatie Jambon vous donne rendez-vous du 22 décembre 2018 au 05 janvier 2019 au Théâtre de La Tour Eiffel.

L’album du spectacle, Tous Heureux, est disponible.

 

 

 

David SAADA : « Une vie qui s’envole », un spectacle emprunt de poésie sur fond de quête identitaire

Il est des spectacles dont le raffinement et la poésie font mouche…Celui de David Saada « Une vie qui s’envole » en fait partie.

Un jour, David retrouve le journal intime de « D » et cela devient le point de départ d’une course à l’identité, à la quête existentielle. De son approche de la quarantaine il remonte le temps au travers d’anecdotes, de moments de vie, en égrainant ça et là ses doutes, ses ressentis, ses instants de bonheur, de recherche identitaire, avec une sincérité et une poésie rare.

Fort de ses expériences, David Saada nous parle de lui bien sûr, mais bien au delà, il s’adresse à nous spectateurs et fait appel à nos propres vies pour déceler ce qui nous émeut, nous enrage, nous touche.

Un récit savamment construit qui remonte même jusqu’à sa propre naissance avec une bonne dose d’humour . C’est ce genre de spectacle qui manque aujourd’hui. Indéniablement. Ceux d’un seul homme capable de nous émouvoir et nous émerveiller par sa verve délicate .

Nominé trois fois aux Petits Molières (meilleur seul en scène,  meilleur auteur vivant,  spectacle coup de coeur), « Une vie qui s’envole » , faites nous confiance, est un vrai bonheur.

Foncez les yeux fermés !

David Saada est à la Comédie des 3 Bornes (Paris 11ème) tous les dimanches du 18 novembre au 27 janvier.

https://www.billetreduc.com/217326/evt.htm