fbpx

 

DSCF5100

Le voici enfin sur les routes de France depuis un peu plus de deux mois maintenant pour la tournée « Sur Le Chemin », et autant dire que ses retrouvailles avec son public sont chaleureuses.

Après un succès phénoménal pour la comédie musicale Le Roi Soleil et son premier album, Emmanuel Moire avait publié un second album (très réussi au passage) plus électro et plus personnel. Boudé par le grand public c’est finalement sa victoire à Danse avec les stars qui aura relancé la machine. Et c’est tout naturellement que le chanteur part en tournée avec son 3ème album « Le Chemin ». Après son interview sur notre site il y a quelques années maintenant (ICI), nous l’avons ENFIN vu sur scène lors de son second passage lyonnais le week end dernier. Il était temps.

C’est sur « La vie ailleurs » (premier titre du nouvel album) que s’ouvre ce nouveau concert au décor épuré inondé d’une lumière bleutée. Un mise en scène simple, à l’image du chanteur au charisme indéniable. Joueur, charmeur, adulte et sexy (sic), Emmanuel Moire offre un tour de chant somme toute classique mais sans fausse note (on a été parfaitement bluffé par sa voix absolument irréprochable). Après une première partie laissant la part belle aux titres du nouvel album, l’auteur compositeur interprète revient sur ses premières années de succés musical pour un medley acoustique entouré de ses musiciens : batteur, guitariste, pianiste/clavier, deux violoncelliste et une contrebasse. 

Instant de grâce au piano sur le désormais célèbre « Sois Tranquille », extrait de l’album « L’Equilibre », hommage poignant à son frère jumeau décédé quelques années auparavant.

C’est dès cette seconde moitié du concert que le chanteur prend davantage d’assurance et se lance dans un marathon pop électro enchaînant ses plus grands tubes « Beau Malheur », « Adulte et Sexy », « Ne s’aimer que la nuit » (pour ne citer qu’eux). Un feu d’artifice de sourires et de lumières pour finir sur un titre inédit en guitare voix (du plus bel effet pour le coup) : « le chemin ».

En bref ? Un contrat parfaitement rempli pour un Emmanuel trop souvent affublé d’une étiquette de chanteur à midinettes et plus récemment devenu fantasme des gays depuis son coming out. Mais il n’en est rien. C’est bel et bien un artiste accompli qui monte sur scène tous les soirs, maitrisant parfaitement son répertoire, charmeur à souhait et restant d’une humilité et simplicité devenue rare de nos jours. On lui souhaite le meilleur pour la suite, il le mérite.

%d blogueurs aiment cette page :