fbpx

Et bien voilà. Ca y est . 3 ans aprés ses derniers shows parisiens, Mylène Farmer a donné le coup d’envoi de sa nouvelle tournée à Nice le 3 mai dernier et nous y étions.

Cela faisait 10 ans qu’elle n’était pas venue présenter de show en province et bien c’est maintenant chose faite. Fidèle à sa réputation, Mylène a offert à quelques 9000 fans présents ce soir là un concert de qualité largement plébiscité par les médias dès le lendemain.

Un show sans grande démesure cette année, malgré un décor trés original et recherché. Le thème ?? Le passage des ténèbres à la lumière…Ca ne vous dit rien de premier abord et c’est bien normal. Mais une fois plongé dans le show, tout devient trés clair. (sans mauvais jeu de mots) Le travail sur les lumières est stupéfiant. Lasers et autre effets soutiennent une euphorie quasi permanente dans une salle gonflée à bloc et dévouée corps et âmes.
Le public reste assez éclectique et de tous âges.

ATTENTION SPOILERS

Surlignez le passage entre les deux étoiles pour lire la suite

*21h15, un écran géant envahit le plateau. Puis apparaît à l’écran l’oeil de la chanteuse, qui semble scruter la salle. Puis noir. Le jeu se répete plusieurs fois avant l’ouverture sur « Paradis Inanimé ». La machine est lancée. Pendant plus de deux heures, on retrouvera quelques titres de Point de Suture dont les trés efficaces « Je m’ennuie », « Appelle mon numéro », « Point de Suture », etc…
A cela rajoutez y LES tubes qui ont fait la renommée de la chanteuse : en vrac, l’Ame Stram Gram (réorchestré à la sauce techno), Libertine et Sans contrefaçon tous deux versions rock, Rêver, XXL, Pourvu qu’elles soient douces, Ainsi soit je. Puis Mylène reprend A quoi je sers, titre qu’elle n’a jamais rechanté depuis 1989, c’est dire ! Elle entonne également une ballade peu connue du grand public mais trés attendue par les fans : « Nous souviendrons nous ». Un moment d’émotions intense, sans larmes de crocodiles comme pourraient le sous entendre certains…
Un choix surprenant car le titre date de 1992 et n’a jamais été présenté sur scène.
Puis vient la dernière partie du show. Une ambiance électro, un rythme effréné, un public survolté. Mylène enchaîne Dégénération, Désenchantée (dans une version technoisée de nouveau, agrémentée de jeux de lumières époustouflants.) et termine avec son dernier tube en date « C’est dans l »air ». L’euphorie gagne la salle et l’on atteint LE point culminant du show. La salle debout entonne le refrain jsuqu’à l’asphixie.Puis le show s’achève, enfin, sur « Si j’avais au moins.. » Nous ne vous en dirons pas plus sur ce concert. Question que vous gardiez quelques surprises…En somme un show sans véritable grosse infrastructure, mais un spectacle trés vivant, largement chorégraphié et lumineux. Le choix parfois audacieux de certains titres et la voix de la chanteuse (rarement aussi juste en live) ont été gages d’un show d’exception, à ne pas rater.
*

La tournée continue et s’achèvera en apothéose les 11 et 12 septembre au Stade de France avant un ultime concert le 19 à Bruxelles. A noter que la tournée affiche quasiment sold out.

Pour les plus impatients d’entre vous , découvrez quelques minutes du show présentées sur la page officielle de la tournée 2009 :

http://www.mylenefarmer-tour2009.com/

Share This