fbpx

Cette jeune artiste a su se faire un nom grâce à une chanson, Je n’ai pas choisi ( Dans ma cité) et grâce au buzz provoqué par celle-ci sur la toile. Un phénomène qui se reproduit de plus en plus souvent et qui ouvre bien des portes à de nouveaux talents. Aysat fait partie de ces découvertes.

La jeune femme est aujourd’hui sur Influence et elle se confie au sujet de son premier album, sur le succès de sa chanson mais aussi sur sa passion des mots. Une artiste choisie par le public et qui ne demande qu’à grandir et à faire découvrir son univers musical.

Un univers que vous pourrez partager avec elle sur son MySpace officiel: MySpace Officiel de Aysat

1. Aysat, Votre chanson « Je n’ai pas choisi(Dans ma cité), a fait un véritable buzz sur le net. Votre Myspace a été très visité. Comment tout ça a vu le jour? Vous pensiez que cette chanson pourrait toucher autant de monde? 

Je ne savais bien sûr pas que cette chanson allait toucher autant de gens. Tout a commencé de manière très spontanée. J’ai mis le morceau en ligne. Le bouche à oreille a fonctionné. En trois jours, tout le monde à Mantes la Jolie la connaissait, puis ça a gagné Les Mureaux, puis Paris et grâce à la magie d’internet, le titre s’est répondu dans la France entière.


2. Je crois que vos influences musicales sont très Soul, vous pensez que pour raconter vos espoirs, vos origines, il faut que ça passe par la Soul?

J’aime beaucoup la soul mais je n’écoute pas que ça. Mes influences sont multiples soul, reggae, r’n’b, même du rock. J’apprécie particulièrement Erykah Badu et India Arie c’est sûr, mais je n’écoute pas qu’elles. J’ai l’esprit ouvert et j’aime me laisser porter par la curiosité. D’ailleurs, vous verrez l’album sera bien plus varié que ce qu’on imagine. Il y aura ds titres hip hop, d’autres aux influences reggae etc.

3. Vous avez commencé à écrire vos textes à 8 ans, c’est précoce ça. Vous saviez déjà enfant que vous aimeriez faire un métier artistique?


Je rêvais de devenir danseuse quand j’étais petite. L’écriture est venue petit à petit, pour m’extérioriser, m’exprimer. Mais je ne m’imaginais pas que je pourrais écrire des chansons et monter sur scène, j’étais bien trop timide. Et je suis issue d’une famille nombreuse qui manque de dialogue, tous très indépendants. L’écriture vient sûrement de là.

 


4. Je n’ai pas choisi est votre première chanson où vous en aviez écrit d’autre?

J’en ai écrit d’autres comme Toucher le ciel, ou une autre sur l’amour et une sur les traditions qui avait déjà reçu généré beaucoup de trafic sur mon Skyblog et mon Myspace

5. Vous allez sortir un premier album, pouvez-vous nous en parler? Quels thèmes allez-vous aborder sur cet album?

Il y aura 13 titres. Les thèmes seront la vie dans les cités, l’envie de s’en sortir, une critique des modes, et de la pression pour nous faire entrer dans des cases et de bien d’autres choses. Ça fait deux ans que je travaille mon album.

6. Lorsque vous écrivez des textes, avez-vous des thèmes que vous ne voulez pas aborder ou vous ne vous censurez pas?

Il y a des sujets un peu tabou. On vit quand même dans une culture où certains domaines restent secrets. Oui il y a encore des sujets dont je ne suis pas encore prête à parler.

7. Ecrire c’est une thérapie?


Bien sûr. J’ai besoin de parler et ce n’est pas toujours facile. Je suis plutôt secrète. Quand je souffre par exemple je ne le dis pas. Ecrire est une chance qui m’est donnée de pouvoir extérioriser tout ce que je ressens

 

8. Lorsque vous avez préparé les chansons pour votre album, aviez vous en tête la scène? Ces chansons ont-elles été écrites pour la scène ou pas du tout?

Non je ne pensais pas du tout à la scène. Jamais je n’aurais pensé être capable de jouer ma musique sur scène, surtout que je savais ce que c’était, j’avais déjà été sur des scènes en tant que danseuse

9. Comment avez-vous été signée par une maison de disques? Ca s’est passé comment vous qui êtes jeune et qui n’avez pas eu besoin de la télé-réalité pour signer un contrat?

Tout s’est fait grâce au buzz internet du clip. Il a beaucoup circulé, mon skyblog s’est retrouvé dans les plus vus, et j’ai été contactée par plusieurs maisons de disques. Mon rendez-vous chez Polydor s’est très bien passé et je leur ai fait confiance.


10. Vous allez faire les premières parties de Marc Antoine et de Zaho, vous avez le trac?

Non je n’ai pas le trac avant de monter sur scène. Je l’ai eu pour le premier concert que j’ai donné. Maintenant, je sais quand je monte sur scène que ça va être que du plaisir, et je m’y sens comme chez moi !

11. Vous devez être sur un petit nuage pour le moment? faire carrière et faire connaître son univers musical c’est un grand pas de fait?

Pas encore, je n’ai toujours pas fini d’enregistrer mon album, il n’est pas encore sorti. Je suis encore au début de l’aventure et financièrement c’est un peu dur. Donc je suis très très très heureuse de tout ce qui m’arrive, de tous les messages que je reçois sur mon skyblog, mais je garde les pieds sur terre et je suis toujours étudiante !

12. Quels sont vos projets?

Finir d’enregistrer mon album et qu’il sorte, puis partir pour une grande tournée avec plein de musiciens, en ayant validé mon année universitaire


13. Des artistes ont-ils déjà pris contact avec vous pour des duos?

Beaucoup, surtout des rappeurs.


14. Pourriez-vous écrire des textes pour d’autres artistes ou n’est-ce pas d’actualité pour le moment?

Bien sûr. J’aime beaucoup écrire en me mettant dans la peau d’un personnage, donc oui j’aimerais bien écrire pour d’autres


15. Que pouvons-nous vous souhaiter Aysat pour les prochaines semaines?

Que ma musique continue à autant voyager !

Un voyage que nous sommes prêts à faire sur Influence. Un coup de coeur que nous soutiendrons en tout cas. L’album d’Aysat sera dans les bacs dès le 18 mai sur le label Polydor.