fbpx

Les-marguerites.jpg

Etonnante décision de la part de l’animateur français, Jean-Luc Delarue qui prépare une émission sur la maladie d’Alzheimer qui sera diffusée ce soir mercredi 13 février sur France 2 et qui s’intitule  » Alzheimer: un autre regard ». On aurait pu croire que le collectif Les Marguerites, un collectif composé de 23 artistes qui luttent depuis plus d’un an contre la maladie d’Alzheimer, serait invité à l’émission puisque ce collectif a publié son premier single J’y étais pas le mois dernier, actuellement classé 73ème des ventes de singles, afin de reverser les bénéfices à la recherche. Si le single monte doucement dans les ventes, une exposition dans une telle émission aurait été plus que salutaire. Si il y a bien une émission sur le service public qui aurait dû exposer ce collectif et la chanson c’était celle-là. C’était l’émission à faire. Le collectif ne pourra pas s’exprimer et il n’y aura aucune médiatisation du single lors de cette émission.

Les Marguerites sont nées de l’initiative de Thierry Cadet qu’on retrouve régulièrement sur le site www.chartsinfrance.net , un homme de coeur qui a su rassembler plusieurs artistes dont Allan Théo ou encore Sally Bat des ailes. Le single est sorti chez EMI Music France suite à un véritable engouement provoqué par le clip diffusé sur YouTube (plus de 49.000 visites).

Alors qu’on aurait pu proposé au collectif un temps d’antenne afin d eparler du projet musical, la décision de l’animateur est tombée. Le collectif ne pourra pas s’exprimer alors que tous les bénéfices de ce single sont pourtant reversés à l’association France Alzheimer, partenaire du single. Incompréhension totale…et fausse note de la part d’un animateur talentueux certes mais qui accumule depuis quelques temps déjà les mauvaises notes. Un animateur qui n’hésitait pas à déclarer dans le magazine Téléstar du 09 février dernier  » Donner la parole aux autres, c’est ma passion »… C’est effectivement ce qu’on peut constater. Il est dommage que l’animateur n’écoute pas assez que pour réaliser qu’il fallait donner la parole aux Marguerites.