L’actrice française Corinne Touzet (Une femme d’honneur sur TF1), qui lutte depuis deux ans aux côtés de l’association française et internationale de protection animale (Afipa), a été reçue ce jeudi par le prince belge Laurent au siège de la fondation princière dans le cadre de son combat contre l’exploitation des chats et des chiens pour leur fourrure.  Melle Touzet avait été reçue plus tôt en matinée par le président de la Chambre Herman De Croo et par le ministre de l’Economie Marc Verwilghen pour leur faire part de ses préoccupations concernant le commerce de peaux de chats et de chiens sur le territoire belge. 

A l’heure actuelle, aucun texte n’interdit dans le royaume la production ou la commercialisation de la fourrure de chats et de chiens, mais le ministre de l’Economie a élaboré un projet de loi qui doit être discuté dans la journée à la Chambre. Un débat auquel l’actrice populaire assistera sur le coup de 15h30.  

Malgré les impératifs liés à son métier de comédienne (notamment un souci d’apparence, a-t-elle relevé), Corinne Touzet s’est déclarée tout à fait opposée au port de fourrure animale.  

Si la comédienne conçoit qu’à l’époque de sa grand-mère, porter de la fourrure était une manière de se différencier, elle déclare haut et fort qu’actuellement acheter un manteau de fourrure est "ridicule". "Bien sûr ça tient chaud, mais il existe des matières synthétiques qui tiennent tout aussi chaud. « Quand on porte de la fourrure, on ne porte que la souffrance", a-t-elle souligné au cours d’une conférence de presse au siège de la Fondation Prince Laurent. 

"Ce qui est important c’est de conscientiser la population au fait qu’avoir une fourrure n’est pas un moyen de se différencier", a pour sa part indiqué le prince Laurent. "Ce n’est pas parce qu’on porte un artifice qu’on est mieux que l’autre. Il faut baser sa réussite sur ses valeurs et non sur ces artifices", a-t-il poursuivi.  

Le prince pense également que l’actrice française peut sensibiliser les créateurs pour qu’ils se tournent vers des fourrures synthétiques. Le voyage en Belgique de Corinne Touzet a notamment été motivé par la découverte dans un magasin le mois dernier d’un soi-disant manteau en "loup de Corée" qui était en réalité une peau de chien

Actuellement en Europe, cinq pays ont pris des dispositions nationales interdisant la fourrure de chat et de chien: le Danemark, la Grèce, l’Estonie, l’Italie et la France. L’Afipa milite pour une interdiction de production, de commercialisation, d’importation et d’exportation de fourrure de chat et de chien dans toute l’Union européenne. Pour l’association, il est également important d’obtenir une législation européenne sur la traçabilité de la fourrure, ce qui n’existe dans aucun des Etats membres.

Une petite révélation, comme ça en passant, mais c’est mon actrice française préférée. 

%d blogueurs aiment cette page :