David SAADA : « Une vie qui s’envole », un spectacle emprunt de poésie sur fond de quête identitaire

Il est des spectacles dont le raffinement et la poésie font mouche…Celui de David Saada « Une vie qui s’envole » en fait partie.

Un jour, David retrouve le journal intime de « D » et cela devient le point de départ d’une course à l’identité, à la quête existentielle. De son approche de la quarantaine il remonte le temps au travers d’anecdotes, de moments de vie, en égrainant ça et là ses doutes, ses ressentis, ses instants de bonheur, de recherche identitaire, avec une sincérité et une poésie rare.

Fort de ses expériences, David Saada nous parle de lui bien sûr, mais bien au delà, il s’adresse à nous spectateurs et fait appel à nos propres vies pour déceler ce qui nous émeut, nous enrage, nous touche.

Un récit savamment construit qui remonte même jusqu’à sa propre naissance avec une bonne dose d’humour . C’est ce genre de spectacle qui manque aujourd’hui. Indéniablement. Ceux d’un seul homme capable de nous émouvoir et nous émerveiller par sa verve délicate .

Nominé trois fois aux Petits Molières (meilleur seul en scène,  meilleur auteur vivant,  spectacle coup de coeur), « Une vie qui s’envole » , faites nous confiance, est un vrai bonheur.

Foncez les yeux fermés !

David Saada est à la Comédie des 3 Bornes (Paris 11ème) tous les dimanches du 18 novembre au 27 janvier.

https://www.billetreduc.com/217326/evt.htm

 

 

Alex Ramires : Sensiblement viril, un spectacle plein de finesse et d’humour

Des humouristes comme ce jeune trentenaire, nous voudrions en voir tous les jours.

Alex Ramires offre avec son one man show, une prestation à l’humour ravageur et diablement efficace. Le ton est donné dès les premières minutes, l’humouriste nous parlera de lui, de son homosexualité assumée, ni trop pédé ni trop beauf, « entre les deux ». Se posent alors les questions de la « classification » ou comment ne pas rentrer dans des cases trop étriquées que la société s’acharne à nous imposer. Au travers d’un sketch terriblement bien ficelé, nous réalisons à quel point il est censé être de bon ton d’être « dans les cases », et comment l’éviter.

Viennent ensuite de nombreux sujets tour à tour cyniques, émouvants (souvent), drôles (toujours), et surtout, surtout, JAMAIS VULGAIRES. Et dieu que cela fait du bien. De la salle de sport, à l’annonce (ô combien jubilatoire) à ses parents, au criant de vérité passage sur les relations avec nos « fameux couples de jeunes parents parfaits », tout y passe avec une énergie folle et une justesse imparable.

La finesse d’écriture et la performance d’acteur font de ce spectacle un pur moment de bonheur, véritable claque au quotidien, oscillant entre légèreté, références subtiles (on citera ça et là Cyrano de Bergerac savamment distillé au détour d’un sketch, Lucrèce Borgia…) et parfois une pointe d’émotion, apparue sans crier gare et vous saisissant sans retenue.

Une véritable dose de bonne humeur qui vous poursuit des jours durant servi par un jeune comédien au talent indéniable et à qui l’on souhaite un vif succès et une belle carrière.

Foncez le voir jusqu’au 29 décembre à la Comédie de Paris (Paris 9eme).

Et pour celles et ceux qui ne le connaissent pas…découvrez ses fameuses reprises « videos low cost », un must bourré d’humour décalé et plein de peps.