[advps-slideshow optset="1"]

Nous avons vu pour vous « Shark 3D ».

 

 

Aprés les naavis, les vampires, les schtroumpfs, on s’attendait forcément à un film en 3D sur des requins. Presque on se disait « il était temps ». Verdict.

 

Alors euh..comment dire…par où commencer ? Peut être parce qu’il y a de meilleur dans le film. Bon, alors on peut d’ores et déjà passer. Même avec la meilleure volonté du monde, difficile de sauver quoi que ce soit. Soyons honnêtes, Shark 3D fait partie de ces nanards de seconde zone que l’on trouve en milieu d’aprés midi sur les chaînes cablées. Et encore, même une sortie Direct To DVD aurait été à peine compréhensible.

 

Un scénario d’une banalité affligeante, un dénouement douteux, des effets 3D et effets spéciaux pas plus impressionnants qu’un bon docu sur les squales voire grotesques, à peine un peu d’hémoglobine qui aurait à la limite pu classer le film dans les saga type « Piranhas » gentiment amusant et doté d’un brin de suspense et de gore. Dans Shark 3D il n’y a rien de cela. Ni humour, ni dérision, ni appréhension…Alors évidemment, les ados plongent dans les eaux troubles du lac malgré la menace omniprésente, les héros s’en sortent, les méchants sont bien vilains et méchant-méchant et les requins sautent dans les airs et mesurent 12m de long. Mouais. 

 

Alors quel intérêt de sortir ce genre de film ? Y voir des mecs bodybuildés et deux trois midinettes en maillot ? Même pas. Shark 3D fait partie de ces films dont aurait préféré ne même pas voir le générique…Ce n’est pas un conseil mais un ordre : ABSTENEZ VOUS.

 

Note : 1/5 (pour l’intention)