[advps-slideshow optset="1"]

Christophe en interview sur Influence

Christophe ne fait rien comme les autres, il va donner un concert au Château de Versailles. Oui, mais pas dans la cour principale, il se produira au bassin de Neptune dans les jardins. D’autres auraient fait cela un 14 juillet, lui donne cette grande soirée le 15 et pour cela il a convié des amis sur scène pour l’entourer. Christophe mène sa barque comme il l’entend et ça lui réussi plutôt bien jusqu’ici, arrivant même, sans le vouloir, à se faire un nouveau public plus jeune avec des sonorités électro.

Je remercie encore Christophe pour sa spontanéité et sa simplicité, et pour nous avoir accordé cette interview, alors qu’il n’a plus rien à prouver au vu de son talent et de sa longévité.

Vous donnez un grand concert au bassin de Neptune au château de Versailles  ce 15 juillet, qui a eu l’idée de se produire dans ce lieu magnifique ?

On m’a proposé l’idée et j’ai pris une semaine de recul pour réfléchir et j’ai accepté parce qu’une histoire comme ça, ça vaut le coup de rentrer dans le film et de la jouer.

On sait que vous êtes perfectionniste, depuis quand et comment travaillez-vous ce concert ?

Je suis assez dans l’expérience, je cherche quelque chose plus que d’être perfectionniste, je crois. Je le suis un peu dans les sons et le travail de l’album mais sinon je laisse beaucoup une part au hasard, je n’aime pas que les choses soient complètement créées à la seconde près. J’aime quand il y a un feeling, que tout le monde prend le temps de prendre ses marques. Après c’est une vision de tableau, à tel endroit je vais essayer de faire telle chose avec tel artiste, il y aura des artifices, des lumières. C‘est vraiment un tableau mobile.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur les fameux invités ?

Ce sont des artistes que j’ai choisi, je peux déjà vous dire qui ne sera pas présent et pourtant j’aurais beaucoup aimé mais j’y ai pensé trop tard. J’avais très envie de Marianne Faithfull, par rapport au lieu et à l’esprit du spectacle j’aurais bien vu un duo avec elle sur « Perfect Day » de Lou Reed. Il y aura comme d’habitude Helena Noguerra qui est là depuis le début et mes musiciens, des surprises il n’y en aura pas tant que ça et elles vont être plutôt jeunes car j’écoute beaucoup de choses. Sinon c’est surtout un concert qui va se rapprocher de l’Olympia.

Vous êtes souvent repris par la jeune génération, est-ce que cela vous touche ou ressentez-vous une autre émotion?

Ca ne me fait pas d’effet, j’écoute et en fait j’ai l’impression que c’est leurs chansons et pas les miennes. C’est toujours sympa quand même mais je ne peux pas dire que je frappe des mains.

Avez-vous parfois une certaine lassitude à reprendre vos anciens tubes qui vous ont rendus célèbres ?

Pas du tout mais comme on parle des reprises je serais plus flatté, je pense, si j’entendais quelqu’un reprendre quelque chose que je fais maintenant

Votre dernier album « Aimer ce que nous sommes » à des sonorités très pop/électro, est-ce la une envie de changement musical de votre part ?

Pas vraiment, en fait je ne prémédite pas les choses. Ce sont les choses qui viennent à moi et qui sont les compositions et les sons du moment. Il y a quand même un lien sonore que je trouve dans tous les albums et celui-ci est pour le moment mon préféré. Il y aussi « Le beau bizarre » que j’adore, un moment ou j’étais vraiment dans mon film et aussi « Bevilacqua » en 96. Le nouveau retrouve bien les émotions et des hauts et des bas de la vie.

Avez-vous conscience aujourd’hui d’être un artiste à la mode et qui surtout attire un nouveau public plus jeune ?

Non en fait c’est un truc que j’apprends comme ça en parlant avec vous et d’autres. Mais c’est quelque chose qui me projette encore plus dans ma passion.

Sur cet album, on peut entendre la voix de la comédienne Isabelle Adjani, comment s’est passé l’envie et la collaboration ?

C’est comme un metteur en scène qui fait son film et qui se dit, bon voila c’est elle que je veux. Et bien pareil, je l’ai choisie pour faire l’ouverture, pour faire les petits cris dans « Tonight tonight ». On a fait des essais et après on garde ou pas. Mais il est vrai qu’Isabelle j’y tenais beaucoup.

A-t-elle accepté votre invitation facilement ?

Elle a été d’accord assez rapidement oui, après on a pris du temps pour finaliser car c’est quelqu’un qui aime prendre son temps et comme moi j’aime prendre le mien ca n’a pas posé de problèmes.

Un coffret intégral est sorti il y a peu de temps. Avec ce genre d’objet quel regard portez-vous sur votre carrière ?

Carrière je n’aime pas ce mot, comme métier, pour moi c’est vraiment une passion. Mais sinon c’est une carrière où je suis dans l’instantanée, je n’analyse pas, ou inconsciemment, le temps passé.


Donc en étant dans l’instantané, je suppose que vous n’avez jamais pensé à faire votre tournée d’adieu ?

Non non (rires) je ne suis pas du tout dans le formatage du show business, ce n’est pas pour moi ça.

Avant de vous souhaiter un très bon concert, auriez-vous un mot de la fin comme le veut notre tradition ?

Vous, c’est votre art de vivre de voir les choses par votre site que je ne vois pas, j’aime beaucoup aussi l’inconnu et ne pas trop savoir. Mais quand vous me dites que des jeunes viennent vers ce que je fais, j’aimerais bien que cela continue. C’est toujours une bonne nouvelle.

 

L’album « Aimer ce que nous sommes » et le coffret édition limité des 114 chansons de Christophe sont encore disponibles dans les bacs.



La tournée à commencé en Mars dernier comprenant 3 soirs complets à L’Olympia et elle mènera Christophe un peu partout en France jusqu’en décembre prochain, informations et réservations sur les sites habituels.

Céline DION : Taking Chances World Tour en dvd en fin d’année

Si nos informations sont bonnes, le dvd live du Taking Chances World Tour de Céline DION devrait sortir début novembre prochain. 

Au moins deux éditions seraient prévues : une version double (ou triple) dvd et un bluray.

A suivre…On suit cela de prés.

Edit de septembre: le dvd est repoussé au mois de mars.

Dolores O’Riordan en tournée acoustique

Dolores O’Riordan, la chanteuse du groupe à succès « Cranberries », débutera une tournée acoustique baptisée «An Intimate Acoustic Evening with Dolores O’Riordan of The Cranberries». Ce nouveau tour de chant débutera le 23 septembre prochain, à Montréal. 

Alors que tout le onde s’interroge sur l’ avenir de la formation The Cranberries, la chanteuse Dolores O’Riordan s’investit dans sa carrière solo en lançant un deuxième album intitulé «No Baggage». Cet album sera disponible dès le 25 août prochain sur le label Zoe/Rounder. 

La chanteuse a écrit et produit les onze chansons avec Dan Brodbeck. 

Dolores affirme que le ton de l’album sera confessionnel et un peu plus optimiste.

Cet album succède à «Are You Listening?» paru en 2007 et qui n’avait pas rencontré un succès attendu dans le monde. 

Le vidéoclip du premier single «The Journey»:

Astro Boy: Bande-Annonce

Après Dragonball qui s’est vu offrir une nouvelle vie au cinéma avec des personnages vivants, un autre dessin animé de notre enfance va débarquer sur grands écrans. Astro Boy, dont la sortie américaine est prévue pour le mois d’octobre alors que chez nous, Astro Boy prendra son envol le 9 décembre 2009.

Le long métrage est réalisé par David Bowers (à qui on doit Souris city) et produit par Imagi (qui avait déjà produit TMNT Les Tortues Ninja).

Synopsis:

Un scientifique crée un robot sur le modèle de son fils décédé mais l’abandonne en voyant qu’il reste mécanique. Par la suite, Astro combattra le crime.

Et la bande-annonce:

 

U2 au Stade de France, it’s a beautiful day !

C était hier soir que la groupe irlandais investissait notre cher territoire pour la tournée « U 360° ». La France leur a réservé un accueil extraordinaire puisque les deux concerts au Stade de France ont été rapidement complets (à l heure où de nos jours, les salles de concerts ont du mal a se remplir).


Une fois les portes du stade ouvertes vers 17h30 pour les plus chanceux (17h45 pour certaines portes restant désespérément fermées car le service de sécurité n’étant pas arrivé au grand dam des fans voyant les autres fans se précipiter dans l’ arène).


D abord, on est ébloui face à l’infrastructure tentaculaire et immense du décor .Cette capsule placée en bout de stade nous interpelle sur les secrets qu’elle dissimule. On devine un couloir circulaire et une scène à l intérieur de ce cercle. Entre les deux cercles, un public qui a payé plus cher pour être au plus prés du groupe .Au dessus, une sorte de foret orangé entouré lui même d’un écran circulaire énorme.

 

La foule s’installe tranquillement, il y a la toutes les nationalités de la Russie au Portugal en passant par l’Italie, l Angleterre. Cette foule cosmopolite est bien calme et prend vie avec la première partie Kayser Chiefs qui met une jolie ambiance à partir de 19h35 pour un set d’une petite heure !

L’ambiance hélas, diminue d’un coup et ce n’est pas quelques ola qui parviennent à mettre le feu.


L’ intro de David Bowie commence et de la fumée s’échappe de ce « foret » pour laisser apparaître Larry pour un solo qui sera bientôt suivi par le reste du groupe (l’entrée est certes banale) Mais bien vite , l’écran circulaire géant projette les images du groupe ,visible par tout le stade. Le set commence avec plusieurs titres(8 titres) du dernier album « No line on the horizon » :Breathe, Magnificient, Get on your boots,In a little while ,unknown caller,moment of surrender,no line on the horizon, i ll go crazy if you don t go crazy tonight (qui a une sacrée pèche sur scène et qui met le feu).Les nouveaux titres sont souvent repris mais ce sont les incontournables comme « with or without you » « sunday bloody sunday » »pride » »where the streets have no name » « I still haven’t find « « one » »mlk » qui déchainent les foules ! Bono s’en donne à cœur joie, il danse, remercie le public français, Paris, l’amour, il tourbillonne, se trouve souvent de l’autre coté de la scene pour le fond du stade même si nous ne perdons pas une miette avec les écrans. Deux passerelles permettent à Bono ,Larry et The Edge de se balader et d’être au plus proche du public .

L’ écran circulaire se détend et s’abaisse pour bientôt arriver au niveau du groupe .On n’ échappera pas aux discours pour la planète et sur l’ écologie , pour la défense de Aung San Suu Kyi (avec même des gens défilant avec son masque sur la scène circulaire ), un discours en semi direct avec les six astronautes dans l’ espace retranscrit sur les écrans dans un français approximatif et un hommage à Michael Jackson .Bono chantant « Billie jean » et « don’t stop til it’ s get enough »…je me suis cru encore dans l’ espace à ce moment la .A t on besoin de ces discours dans un concert de rock?? Même si bien sur on sait qu’avec Bono, on n’ y échappera pas..


Le son était assez bon, l’ambiance dans un stade est différent .On a du mal a se rendre compte que tout le monde participe. Pas de cris hystériques en tous cas au passage de Bono ou The Edge comme on peut avoir pour certaines artistes.


Toujours est-il que même avec une pluie battante lors de la fin du concert, le groupe a réussi son pari de nous en mettre plein la vue et plein les oreilles avec ce 360 degrés. Merci Bono, pour l’énergie et pour la voix!!