[advps-slideshow optset="1"]

Cloverfield: L’affiche finale du film révèle quelquechose en plus

cloverfield-finalposterus.jpg

Cloverfield, le projet classé secret défense du producteur J.J. Abrams (heureux papa de la série LOST) dévoile sa dernière affiche… Pas de changement radical si ce n’est une accroche : SOME THING HAS FOUND US (En gros : QUELQUE CHOSE NOUS A TROUVE) ! Rien que ça?. On avait déjà bien compris le message depuis un certain temps au vu des affiches et des premiers teasers diffusés dans les médias. Réalisé par Matt Reeves, qui a travaillé en qualité de scénariste sur The Yards et metteur en scène de plusieurs épisodes de séries télévisées, le film sort dans les salles américaines dans une semaine… oui plus que quelques jours…

Peu de nouveaux éléments de scénario ont fait leur apparitiondepuis le lancement de ce projet mais on peut cependant avancer que ce croisement entre Blair Witch pour le petit coté vidéo-gag et Godzilla pour le décor post-apocalyptique promet son lot de séquences époustouflantes. Le buzz autour du film fait efficacement son boulot  publicitaire et marketing et nous, autant à Influence que dans d’autres médias, on commence sérieusement à s’impatienter… Allons nous être ravi ou déçu?.

Britney Spears: L’inquiétude de sa famille et de ses amis

britney-glam-2f0e8.jpg

Britney Spears aura connu une année 2007 mouvementée. La chanteuse qui proposait pourtant son nouvel album « Blackout » dont le premier single « Gimme more » a connu un franc succès, aurait pu être heureuse du succès de son single et de l’accueil reçu pour son nouvel opus mais c’était sans compter sur les problèmes et péripéties qu’elle continue d’alimenter pour se retrouver certainement bien malgré elle à la une de tous les magazines « people ».

Des problèmes qu’elle provoque ou qu’on l’aide à provoquer car les papparazzis sont prêts à tout pour pousser la chanteuse à bout afin d’obtenir le « scoop » de l’année. Il faut dire qu’avec Britney, personne ne sait ce qu’elle peut faire et autant sa famille que ses amis sont bien décidés à la faire accepter de gré ou de force au sein d’une institution psychiatrique afin de solutionner ce qui ne va plus chez cette jeune femme qui avait tout pour réussir et être heureuse.

Ses proches, y compris ses parents Jamie et Lynne, sont convaincus que Britney souffre de troubles bipolaires et a besoin d’une aide professionnelle. Ils sont tellement déterminées qu’ils se disent prêts à faire appel à la loi californiennienne qui autorise les proches d’une personne qui constitue un danger pour elle-même ou son entourage à la faire enfermer contre sa volonté. Il y en a un qui doit se frotter les mains de toute cette affaire, Kevin Federline, l’ex-mari de la chanteuse et père de ses deux enfants.

Cependant Britney Spears dont la carrière souffre de tous ces débordements et de cette surmédiation négative – Il y a quelques jours elle était admise à l’hopital après une dispute avec son ex-mari après qu’elle ait refusé de lui rendre ses deux enfants – refuse catégoriquement de se faire soigner. Allez Britney il est grand temps de se reprendre en main. Ce qui risque de ne pas être facile avec elle qui est de plus en plus imprévisible.

Radiohead: Numéro 1 des ventes en Angleterre et aux Etats-Unis

in-rainbows.jpg

Le fait d’avoir proposé leur dernier album In Rainbows à la vente sur leur propre site internet au cours du mois de novembre dernier n’a pas empêché le groupe anglais Radiohead d’atteindre la première place du Bilboard, le classement officiel des meilleures ventes de disques aux Etats-Unis. Disponible dans le réseau de distribution « officiel » depuis le 31 décembre 2007, In Rainbows occupait déjà la première place des charts britanniques. Un joli succès pour le groupe anglais.

Quelque 122.000 exemplaires du dernier CD de Radiohead ont été écoulés aux Etats-Unis au cours de la première semaine suivant sa sortie. Des chiffres de vente suffisants pour évincer la chanteuse soul Mary J. Blige de la première place du hit-parade américain qu’elle occupait avec la sorie de son nouvel opus. Deux albums précédents du groupe, Kid A et Hail to the Thief, avaient reçu un meilleur accueil encore lors de la première semaine de leur diffusion aux USA, où ils s’étaient vendus respectivement à 207.000 et 300.000 exemplaires. Mais la crise du disque est partout et les résultats de ventes ne sont pas catastrophiques pour la première semaine d’exploitation du disque.

L’accueil réservé à In Rainbows sur le circuit officiel, en une période de lendemain de fêtes jugée relativement calme, est d’autant plus remarquable que le groupe l’avait dans un premier temps mis en vente sur son site, en ne passant pas par le canal traditionnel de distribution d’une firme de disques. Le public pouvait déterminer lui-même le montant qu’il souhaitait verser pour télécharger les 10 chansons de l’album. Une originalité qui aurait pu se retourner contre le groupe.

Radiohead n’a pas souhaité fournir de précisions sur le nombre de téléchargements effectifs ni sur la contribution moyenne des acheteurs. Selon des sources non confirmées, près de 1.250.000 téléchargements auraient été répertoriés avant que le groupe ne retire le CD de son site. Chaque enregistrement aurait été payé 7 euros en moyenne. Faites le compte,ça fait un joli chiffre, non?

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com