[advps-slideshow optset="1"]

golden.jpg

Les acteurs censés venir aux Golden Globes ont décidé de ne pas franchir les piquets de grève que les scénaristes vont installer à l’entrée de la prestigieuse cérémonie hollywoodienne de récompenses le 13 janvier, a annoncé vendredi leur syndicat.

« Après des contacts à grande échelle avec les acteurs nommés aux Golden Globes et leurs représentants ces dernières semaines, il semble exister un accord unanime sur le fait que ces acteurs ne franchiront pas les piquets de grève de la WGA pour participer aux Golden Globes en tant que lauréats ou présentateurs », a déclaré le président du syndicat des acteurs (SAG), Alan Rosenberg, dans un communiqué. « Nous applaudissons nos membres pour cette remarquable démonstration de solidarité avec les scénaristes de la Writers Guild of America » (WGA), le syndicat des scénaristes dont les membres sont en grève depuis le 5 novembre, a-t-il ajouté.

Cette décision intervient deux jours après que la WGA eut annoncé qu’elle installerait des piquets de grève aux Golden Globes, événement considéré comme l’antichambre des Oscars et qui donne souvent le « la » de la saison des récompenses hollywoodiennes, qui culmine fin février avec les Oscars. La WGA est en conflit avec le syndicat des producteurs (AMPTP) sur la question des droits d’auteur découlant de l’exploitation du travail des scénaristes sur de nouveaux médias numériques. Les négociations sont rompues depuis le 7 décembre et le ton n’a cessé de monter depuis entre les deux organisations professionnelles.

La grève des scénaristes a déjà gravement affecté le secteur audiovisuel aux Etats-Unis, avec la suspension de tournages de séries télévisées comme « Desperate Housewives » et « 24 heures chrono », et de plusieurs films à gros budget. En revanche, plusieurs « talk-shows » de soirée sont revenus à l’écran cette semaine, notamment celui de David Letterman, dont la société a conclu un accord provisoire avec la WGA, et celui du comique Jay Leno, qui s’est passé de scénaristes, à la grande colère du syndicat qui l’a accusé d’être un briseur de grève